Galerie Hadjer Paris | Paul Klee
16166
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16166,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Paul Klee

 

 

Paul Klee est né le 18 décembre 1879 à Münchenbuchsee, en Suisse. À l’automne 1898, il commence ses études de peinture à Munich, d’abord dans l’atelier particulier de Knirr, puis à l’Académie, sous la direction de Stuck. En 1900, il s’inscrit à l’académie des beaux-arts de Munich où il voisine avec Kandinsky qui y est également en tant qu’élève. À l’exposition de Munich, il fait la connaissance de Van Gogh et de Cézanne, dont l’enseignement lui paraît d’emblée exceptionnel. Il y expose ses premières eaux-fortes. Pendant l’hiver 1911, il se rapproche du groupe des peintres du Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu) et se lie d’amitié avec Kandinsky, Marc, Macke et Jawlensky. En avril 1912, il rencontre Delaunay à Paris.
L’orientalisme semble ainsi, plus qu’une fantaisie, une véritable « obsession », entretenue par de nombreux voyages au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord.

Durant la Première Guerre mondiale, il est engagé en 1916 et retourne à Münich en 1918. En novembre 1920, Gropius l’appelle au Bauhaus, école d’art fondée par ce dernier en 1919 à Weimar. De 1921 à 1930, Klee enseigne au Bauhaus de Weimar Dessau, dans la branche de la peinture sur verre, puis du tissage. Plus tard, il se verra confier personnellement un cours de peinture. En collaboration avec Kandinsky, il donne des leçons régulières sur la forme et expose la première théorie systématique des moyens picturaux purs, qui conduit à une clarification exceptionnelle des possibilités suggestives contenues dans les procédés abstraits. Cependant le Bauhaus est soumis à d’intenses critiques, concernant en particulier sa non-rentabilité et il est dissous officiellement le 26 décembre 1924.

En 1931, Klee est appelé à l’Académie de Düsseldorf, où il peut se consacrer avec plus d’indépendance à son propre travail. Mais avec l’avènement du nazisme, en 1933, l’artiste, qui se place pourtant en dehors de toute politique, est accusé de « bolchevisme culturel », et destitué. Il retourne alors, en qualité d’émigrant, dans sa ville natale de Berne. Et c’est là que commence la dernière phase de son art. Le format de ses œuvres s’amplifie, une extrême simplicité le pousse à éliminer tout ce qui est superflu, la légère texture linéaire se renforce de grands signes. Vers la fin de sa vie, il revient aux images inspirées par le langage des malades mentaux, aux monstres, aux anges, à l’obsession de la mort et du passage, thématique essentielle de ce poète-peintre visionnaire. En 1935, Klee commence à ressentir les premiers effets d’une affection maligne de la peau, la sclérodermie. Il en meurt le 29 juin 1940 à l’hôpital de Locarno, Suisse où soixante-cinq ans plus tard sera érigé en cette même ville le musée consacré à l’œuvre de l’artiste, réunissant la plus grande collection au monde de ses productions, le Zentrum Paul Klee.

 

 

Paul Klee

« Nuit Bleu »

Oeuvre textile- Limitée à 8 exemplaires

Laine sur toile réalisée à la main

Manufacture de Bourgogne (France)
Bolduc de certification au dos

Dimension : 202 x 306 cm

Paul Klee

« Bleu-Rouge »

Circa 1940

Tapis en laine au point noué à la main

Signer dans la trame au dos du tapis

Dimension : 158 x 190 cm